Le Hagelschloss : Histoire du château

Ce n'est qu'au début du XIXe siècle que l'historien Schweighaeuser a localisé ce château en établissant que le Waldsberg, burg célèbre dans les annales strasbourgeoises à la suite d'un siège difficile, était identique au château qui portait le nom de Hagelschloss. Cette appellation lui avait été donnée bien plus récemment et fut empruntée au nom que porte la vallée qui passe à ses pieds le Hagelthal.
Le site dévoile en fait deux complexes fortifiés et l'histoire révèle, si nous en croyons Herbig, que le fief impérial avait toujours été tenu par deux lignées différentes de chevaliers.

Le problème de son édification :

Le château se dressant sur une terre qui relève de la propriété du monastère du Mont-Sainte Odile, dont les Hohenstaufen sont les avoués, on peut admettre qu'il fut construit pour la défense du vaste domaine à un moment où des menaces pesaient sur le rôle de la famille impériale. La taille des blocs utilisés et la manière de les travailler est très usitée à la fin du XIIe siècle ou début du XIIIe siècle. L'événement qui domine à cette époque est la mort de l'empereur Henri VI en 1197. En Alsace, les Eguisheim reprenent l' offensive contre leurs ennemis héréditaires, les Hohenstaufen. Otton de Bourgogne, frère du roi Conrad de Hohenstaufen qui succède à Henri VI, a lancé divers chantiers de châteaux pour protéger les biens impériaux. A côté du Landsberg, sur le front est; des Dreistein sur le front ouest, aurait pu naître le Waldsberg ( ou Hagelschloss) sur le front nord. Nous avons vu, que les chantiers furent lancés, mais qu'à la suite de difficultés politiques s'ajoutant aux problèmes financiers, ils furent arrêtés pour être repris bien plus tard. En effet, Otton est assassiné en 1200 et Philippe de Souabe est entraîné dans des guerres sans fin jusqu'à sa mort en 1208.

Il est probable que le Waldsberg fut démarré vers 1198-1200, puis le chantier s'arrête, ce qui pourrait aussi expliquer les grands changements dans l'appareillage des murs. Aux gros blocs à bossages succèdent des pierres plus longues, moins hautes, à la bosse très soignée alors que sur l'arc de décharge et tout le flanc nord on trouve .des pierres lisses. Le chantier n'aurait donc repris qu'après 1218 lorsque Frédéric II (fils de Henri VI) est finalement élu empereur.

Un siège mémorable :

Pour tout le XIVe siècle nous restons sans renseignement sur le Waldsberg. Le château n'apparaît dans les documents qu'en l'an 1406. La famille Erb est alors en conflit avec la ville de Strasbourg au sujet d'actes de brigandages qui remontaient à plusieurs années auparavant. La ville d'Obernai accepta de servir d'intermédiaire afin de trouver une solution au différend. Il fut convenu, entre les deux parties, d'une conciliation qui devait se tenir à Obernai. Les délégués de Strasbourg se mirent en route, mais furent attaqués et capturés par les hommes de Walther Erb. Ainsi furent placés en captivité au château de Waldsberg : Henri de Mullenheim, dit de Landsberg ; Jean Sturm, le chef de la délégation; Leuthold de Mullenheim et son fils. Ce dernier fut gravement blessé lors de cette attaque et Walther Erb accepta de le laisser repartir sous condition qu'il s'engage, par serment, à se constituer prisonnier si Walther lui en donnait l'ordre.

La ville de Strasbourg ne pouvait laisser passer un tel affront sans réagir. Elle rassembla son armée et y joignit sa célèbre artillerie ainsi que tout l'équipement pour un siège en règle. Le huitième jour les Strasbourgeois lancèrent l'assaut et s'emparèrent de la place. Walther Erb s'était éclipsé et avait laissé ses hommes face aux assaillants. Les Strasbourgeois se vengèrent en pillant et détruisant le château.
Walther Erb s'adressa plus tard à la Sainte-Vehme (die Faym) pour réclamer justice, dénonçant la ville comme ayant brisé la paix du pays. L'affaire traînait encore en 1423, les juges de la "Faym" exigeant que Strasbourg trouve un arrangement au premier octobre. Les archives restent muettes sur la suite de cette affaire.

Deux seigneurs pour une ruine! :

La destruction du burg nous livre un renseignement intéressant. Les Rathsarnhausen-Ehenweier possédaient une partie du fief; et Walther Erb l'autre!

En 1434, l'empereur Sigismond transmet aux Beger le fief sur Waldsberg précédemment tenu par les Erb. De leur côté, les Rathsamhausen-Ehenweier se voient confirmés leur fief par l'empereur Frédéric III en 1442. A l' extinction des Beger, le fief sur Waldsberg est transmis en 1532 aux Rathsarnhausen-Ehenweier qui deviennent les seuls et uniques détenteurs des ruines du burg qui ne semble pas avoir été relevé après sa destruction en 1406. Enfin, en 1550, les dépendances de la place (chasse, pêche, forêts et le ban de Hohenburgweiler) sont également inféodés dans leur totalité aux mêmes Rathsamhausen par l'empereur Charles Quint.

Quelques années plus tard, en 1562, la communauté d'Oberottrott (le village d'Ottrott était divisé en deux parties) est en procès avec les Rathsarnhausen-Ehenweier au sujet des droits de pâturage sur les hauteurs nommés "Elsassberg" et "Waldsbergscher Halde". Les pâtres d'Oberottrott avaient toujours eu le droit de laisser paître leurs bêtes sur ces parcelles, mais voilà que cette coutume leur est contestée. Le tribunal impérial de Rottweil fut chargé d'instruire l'affaire et Herbig, en dépouillant les actes, constate que le secteur qui fait l'objet du procès est parfois appelé "Haule" près du "Haulthal" et on ira jusqu'à nommer le Waldsberg "Haulschloss". Progressivement le nom primitif du château tombe dans l'oubli et on commença à parler du Hagelschloss.

Les historiens ne firent à nouveau la relation entre le Waldsberg et le Hagelschloss que sous Schweighaeuser. Ses prédécesseurs mentionnant que l'on ignorait l'emplacement de ce château !

Les ruines restèrent propriété des Rathsarnhausen-Ehenweier jusqu'à la Révolution (1789). Depuis elles sont propriété privée.

 

 

 

:: Partenaires :: Aide :: Ecrivez-moi ::
Kit Graphique XLTouch Site des châteaux Forts d'Alsace