Le Petit Geroldseck: Histoire du château

On ne sait malheureusement pas grand chose sur l' histoire de ce petit château, voisin du Grand-Geroldseck.C'est grâce aux recherches de B. Metz qu'il est établi que le château apparaît pour la première fois dans un document de 1349 (dont nous parlons au chapitre du Grand-Geroldseck). Les fouilles menées sur le site par J.-M. Rudrauf à la fin des années quatre-vingts laisse supposer que le burg fut édifié entre 1230 et 1275 (Etudes Médiévales IV).

Pendant près d'un siècle d'existence, le château ne laissera, apparemment, aucune trace dans les documents. Toute aussi difficile est de trouver l'explication de sa construction. La proximité du grand château et le rang des seigneurs de Geroldseck ne permettent pas d'imaginer qu'un adversaire ait pu établir un burg sous le nez de la forteresse voisine. En interprétant les recherches effectuées par Dagobert
Fischer au siècle dernier, nous avions pensé que ce château avait été construit par le suzerain de la marche de Marmoutier et par extension le propriétaire des châteaux. à savoir l'évêque de Metz au XIVe siècle. Les fouilles et recherches historiques récentes démontrent que le château est bien antérieur. La seule explication plausible pour l'heure serait que la famille, qui s'est fort agrandie au XIIIe siècle, se soit
sentie trop à l'étroit au grand château. Elle aurait décidé de lancer la construction d'un nouveau burg pour y installer une partie de ses membres. Cette construction se plaçant vers le milieu du XIIIe siècle.


Dès sa première mention comme "Neu Geroldseck" en 1349, le château est associé à son grand voisin. Il n'apparaîtra jamais isolément dans les rares chartes qui parlent de son existence. En 1360, un quart du château échoit à Ulrich de Fénétrange.

En 1390, à la mort du dernier mâle de la lignée des Geroldseck (Volmar), le château est toujours un fief
mouvant de l'évêché de Metz, mais tenu par de multiples seigneurs, dont Walpurge de Geroldseck qui avec son gendre et ses filles possède encore la moitié. En 1394, l'électeur palatin y obtient le droit d'ouverture, c'est-à-dire le droit de s'en servir en cas de besoin.

On ne sait dans quel état se trouvait le château en 1471 lorsque le comte palatin vient mettre le siège au grand château. Il est probable qu'à la même occasion le petit château partagea le sort de son grand voisin, il fut sans doute démoli.

 

 

 

:: Partenaires :: Aide :: Ecrivez-moi ::
Kit Graphique XLTouch Site des châteaux Forts d'Alsace