La bataille de Hausbergen :

L'Évêque Walter de Hohengroldseck * (Land-grave de Basse Alsace ) et avoué impérial, profitant de l'incurie politique liée à l'Interrègne, veut mettre les bourgeois de Strasbourg au pas. En grand représentant de la féodalité, il espère limiter les privilèges que leurs ont octroyés ses prédécesseurs, Mais il souhaite également redorer son blason de Comte de Strasbourg.

Par son attitude agressive, le prélat réussit à se mettre sa ville à dos. en 1261, la milice Strasbourgeoise détruit la tour episcopale de Haldenbourg. Walter excommunie sa ville.

Puis il reunIt autour de lui une imposante arme noble composée d'hommes de l'Évêque de Trêves, des Abbés de Saint-Gall de Murbach et du Comte Rodolphe de Habsbourg Landgrave de Haute-AIsace. Les troupes assiègent Strasbourg. Les chronIqueurs signalent d aIlleurs quelques échauffourées, Mais le conflit prend une nouvelle dimension rejoint le prétendant au trône vacant, Rodolphe de Habsbourg, prétendant à l'Empire, change soudainement de camp pour rejoindre les Strasbourgeois. Les agressions de mains de chaque protagoniste se succèdent et le belliqueux évêque s'en prend même à Kaysersberg et à Mulhouse, La bataille décisive entre l'armée épiscopale (estimée à 5 000 fantassins et 300 cavaliers) et la milice strasbourgeoise commandéepar Rembold Liebenzeller, Nicolas Zorn et Hugo Kuchenmelster a lieu le 8 Mars 1262, entre Ober et Nieder-Hausbergen où se sont rendus les Strasbourgeois, Le téméraire éveque,
pensant en finir avec l'aide de ses valeureux chevaliers, attaque les milices, Celles ci défont les nobles empêtrés dans leurs armures, Selon certains écrits, la milice, formée d'archers et d'arbalétriers, n'aurait perdu qu'un seul homme dans ce conflit qui décima les troupes épiscopales, Mais l'évêque ne veut pas la paix, Il excommunie une nouvelle fois Strasbourg. La ville répond en se vengeant sur les biens épiscopaux à Obernai, Dachstein, Dorlisheim, ainsi qu'outre Rhin, dans l'Ortenau (Wilstett) , et en Alsace, à Bischwiller (ou Bischoffswiller).

Walter de Hohengeroldseck, qui a aussi perdu la bataille pour Colmar en automne 1262, meurt désespéré le 14 février 1263 à l'âge de 32 ans, Son oncle, Henri de Geroldseck (près de Saverne), plus conciliant avec les strasbourgeois, lui
succède et calme les esprits,

Les possessions d'un Evêque :

Les Evêques de Strasbourg, particulièrement en période de vacance du pouvoir, ou sous un règne d'un empereur sans consistance, avaient des possessions et des pouvoirs étendus, ce qui n'etait pas du goût des villes. Vers 1250, l'Evêque de Strasbourg était le Prince du Saint Empire, Comte et possesseur de plusieurs baillages. Près de 40 châteaux de plaine et de montagne relevaient de son autorité.

Lichtenberg, Dagsbourg et Lutzelbourg étaient ses Comtés. Parmi les châteaux citons, le Guirbaden, le Griffon, le Haut-Barr, le Bernstein, le Lichtenberg... Il dirigeait Marckolsheim, Schirmeck, Benfeld, la Wantzenau. Dans le sud, Eguisheim , Roffach, Soultz lui obéissaient.

Pour finir il disposait d'une armée de 4 000 cavaliers et de 120 000 hommes, ainsi il pouvait faire entendre raison a ses vassaux, dont les plus connus furent les Andlau, Geroldseck et les Ribeaupierre, les Ochsenstein, les Fénétranges.

Quelques photos du hohengeroldesck :

  • Reconstitution du château ruiné.
  • Puit fortifié du château.
  • Logis du château.
  • La porte d'entrée du château.
  • Enceinte intérieure du château.

( ouverture en popup en cliquant sur la photo )

 


 

:: Partenaires :: Aide :: Ecrivez-moi ::
Kit Graphique XLTouch Site des châteaux Forts d'Alsace